HD Les Invisibles Film Streaming

Les Invisibles en Streaming VF
Voir Les Invisibles Film Streaming VOSTFR. Les Invisibles peut être regarder pour vous inscrire gratuitement.

Date de sortie : 9 janvier 2019 (1h 42min)

De : Louis-Julien Petit

Avec : Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky plus

Genre : Comédie

Nationalité : Français

Synopsis
Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !

L’avis du « Monde » – à ne pas manquer

Tout au début des Invisibles survient une réaction chimique entre personnages, qui place d’un coup le film sur un terrain presque inexploré – la fiction portée par la réalité –, sur lequel il s’épanouit avec une vigueur inattendue. Les premiers plans montrent des femmes aux visages marqués par la fatigue se pressant aux grilles d’un bâtiment qui ressemble à un atelier désaffecté. Une jeune fille leur a ouvert. Si on a vu Divines, on sait que ce cerbère bienveillant a les traits de Déborah Lukumuena, la jeune actrice qui a puissamment aidé au succès du film d’Houda Benyamina. A l’intérieur du centre, ces femmes qui n’ont décidément pas l’air d’être des habituées des plateaux de cinéma sont accueillies par des visages qui nous sont familiers, ceux d’Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky.
Lire le portrait : Corinne Masiero, la révoltée

Ce n’est pas une configuration inédite : il y a quelques mois, Jean Dujardin et Yolande Moreau s’affrontaient parmi les membres d’une communauté Emmaüs dans I Feel Good, de Gustave Kervern et Benoît Delépine. Mais, cette fois, la hiérarchie entre professionnels et amateurs va se désintégrer sous nos yeux. Audrey (Audrey Lamy), l’une des animatrices de L’Envol, centre de jour pour femmes sans domicile précédemment découvert, a demandé à son frère, Dimitri (Pablo Pauly), de lui apporter une machine à laver, puisque toutes celles de l’établissement sont en rade. Le duo entre dans la lingerie et découvre alors que tous les lave-linge, tournent à plein régime, sauf un. Une pensionnaire s’affairant sur celui-ci se tourne vers les deux jeunes gens ployant sous le poids du matériel de remplacement et dit : « C’était le joint ! », avec l’aplomb et le tempo d’un Coluche.

Se rapprocher de la vie ordinaire

En une phrase, Adolpha Van Meerhaeghe – qui s’appelle Chantal dans Les Invisibles et vivait dans la rue au moment du tournage – a trouvé sa place dans la fiction que le réalisateur, Louis-Julien Petit, a bâtie à partir du travail documentaire de la cinéaste et auteure Claire Lajeunie : une comédie sentimentale qui verra l’équipe du centre embarquer ses usagères dans une aventure aux frontières de la légalité, dans l’espoir de les rapprocher de la vie ordinaire, celle où l’on a un travail, un toit.
Lire le reportage : A Angoulême, la comédie a la fibre sociale

Cet arc dramatique, agrémenté d’intrigues secondaires consacrées à la vie sentimentale des unes et des autres, n’a rien d’extraordinaire. Il arrive même parfois qu’il se fasse un peu pesant, en particulier la dernière partie du film. Ces faiblesses sont loin de saper la force essentielle de celui-ci, cette utopie égalitaire qui s’installe à l’écran, par la grâce d’une mise en scène tout entière dévouée à ses personnages.
L’Envol, dirigé par Manu (Corinne Masiero), n’est pas assez efficace aux yeux des autorités. Lesquelles supervisent l’évacuation d’un campement de fortune où dorment nombre des usagères du centre. Pour ne pas laisser les femmes à la rue, pour ne pas laisser le dernier mot à la logique comptable des institutions, Manu et ses camarades décident de transformer ledit centre en résidence et tentent, à l’arrache, de trouver emploi et logement à leurs nouvelles pensionnaires.