HD Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu Film Streaming

Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu en Streaming VF
Voir Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu Film Streaming VOSTFR. Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu peut être regarder pour vous inscrire gratuitement.

Réalisation : Philippe de Chauveron
Scénario : Philippe de Chauveron
Guy Laurent
Acteurs :
Christian Clavier principaux : Chantal Lauby
Émilie Caen
Frédéric Chau
Frédérique Bel
Sociétés : de production : Les Films du 24
Pays d’origine : Drapeau de la France France
Genre : comédie
Durée : 97 minutes

https://cinemafra.com/movie/505436/qu-est-ce-qu-on-a-encore-fait-au-bon-dieu.html

Synopsis

Claude Verneuil, un notaire se disant de tradition gaulliste, et sa femme Marie, sont des bourgeois catholiques de Chinon et parents de quatre filles : Isabelle, Odile, Ségolène et Laure.
Les trois premières sont déjà mariées à des Français issus de l’immigration et de religions différentes : Isabelle, avocate, est mariée à Rachid Ben Assem, avocat lui aussi et musulman ; Odile, dentiste, est mariée à David Benichou, juif séfarade entrepreneur au chômage, et Ségolène, artiste peintre, est mariée à Chao Ling, banquier d’origine chinoise.
Les Verneuil font des sourires de façades à leurs gendres mais ont du mal à cacher leur racisme, surtout Claude. Les réunions de famille sont gâchées par les maladresses et les clichés sur les étrangers prononcés par Claude, autant que par Rachid, David et Chao qui ne se ménagent pas entre eux et se jettent à la figure des propos racistes insultants.
Les Verneuil, désespérés, mettent toute leur confiance en la dernière, Laure, conseillère juridique, pour qu’elle ramène à la maison un catholique, allant même jusqu’à arranger une rencontre, prétendument fortuite, avec un jeune homme blanc issu d’une grande famille bourgeoise de la région et travaillant dans la finance aux États-Unis. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que Laure est en réalité déjà en couple et a l’intention de se marier. Quand elle annonce à ses parents que l’heureux élu est un catholique prénommé Charles comme l’ancien Président de Gaulle, cela les enchante et son métier de comédien est vite pardonné. Mais lors de la première rencontre, ils découvrent stupéfaits que Charles Koffi est d’origine ivoirienne. Par la suite, les Verneuil rencontrent le père de Charles, un ancien militaire rigide, intolérant et rancunier de la colonisation européenne de l’Afrique. C’en est trop pour les Verneuil qui commencent à sombrer dans la dépression.
Toutes ces tensions raciales au sein de la famille auront-elles raison du projet de mariage ?

Bande d’annonce : Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu

Comment Christian Clavier a agi pour faciliter le tournage

Au micro de Europe 1 le 27 janvier, Ary Abittan est revenu sur l’apport non négligeable qu’a eu Christian Clavier dans Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu et sa suite. Dans le premier film, ce dernier avait refusé de rencontrer ses confrères avant de filmer. Selon Ary Abittan, cette action n’est pas étrangère au succès de la comédie : “C’est un homme pour qui l’humour, c’est sérieux.” D’ailleurs, le comédien s’est montré très reconnaissant envers Christian Clavier quant à son apport lors des tournages des deux longs métrages : “Il nous a tous tiré vers le haut, parce qu’il connaissait les répliques de chacun. Il était très concentré. Il nous a donné cette force-là d’improviser, d’écouter. Et cette ambiance qui a régné sur le plateau a servi le film.”
Dans une interview accordée à Allociné et publiée le 30 janvier, Christian Clavier explique que dans Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu “les préjugés sont toujours là mais ils sont un peu moins forts… Il y en a d’autres qui arrivent…” L’acteur explique par ailleurs que “l’époque dans laquelle on est est extrêmement compliquée pour la comédie. Je pense que d’avoir ce réflexe pavlovien presque d’aller vérifier ce que les gens pensent de nous. Avant, on faisait les choses pour nous en espérant que ça allait plaire […] Il faut arrêter d’attendre l’assentiment des autres.”

Le tournage a tissé des liens

Qu’est ce qu’on a encore fait au bon dieu arrive au cinéma ce mercredi 30 janvier 2019. A cette occasion, le casting a joué le jeu de l’interview groupée pour le site Aufeminin.com le 29 janvier. Les différents acteurs et actrices ont notamment abordé leur expérience de tournage. Les comédiennes (Frédéric Bel, Julia Piaton, Emilie Caen et Elodie Fontan) ont évoqué leur meilleur souvenir : “Arriver le premier jour et de sentir que l’on se retrouve et qu’on va s’éclater pendant 1 mois et demi. Tout de suite on a été heureuses de se retrouver.” Afin de compléter ce ressenti, les comédiens (Medi Sadoun, Frédéric Chau, Ary Abittan et Noom Diawara) ont admis que le pire souvenir était “le dernier jour lorsque tout s’est terminé.”
De plus, les acteurs ont révélé que cette aventure leur a permis de créer de véritables liens : “Il suffit de regarder le journal de nos téléphones respectifs pour voir que l’on s’appelle tous les jours. Nous sommes aujourd’hui des vrais frères.” Des propos qui viennent confirmer la bonne humeur qui a régné autour de la production de Qu’est ce qu’on a encore fait au bon dieu ? Au-delà de l’humour et des rires, le film se pose aussi comme le vecteur d’un message prônant l’ouverture aux autres. Un fait mis en avant par Ary Abittan lors de son passage sur les ondes de Europe 1. Le comédien a notamment annoncé que le long-métrage est “une ode à la tolérance” et que les téléspectateurs vont se retrouver dans les personnages. “Le message de ce film est formidable : c’est que la France est un pays magnifique. Ce film est une ode à la tolérance. Moi, c’est ce que j’ai vécu à Sarcelles dans le quartier, où on se vannait tous ensemble. Il n’y avait pas juif, musulman, Chinois ou noir […] Sarcelles m’a tout donné. C’est une richesse.”

Premier succès au box-office des Halles

Alors que Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu est promis à un très bel avenir au box-office français suite au succès monumental du premier film en 2014, nous n’avons pour l’heure qu’un premier indicateur chiffré avec le nombre de billets vendus lors de la première séance de 9 heures à l’UGC des Halles. Sans surprise, le film termine en tête avec 60 curieux réunis lors de la première séance du matin en France. La suite dépasse ses concurrents du jour Les Estivants (36 places vendues) et Si Beale Street pouvait parler (27 tickets). Nous attendons bien sûr les échos des premières séances parisiennes qui devraient arriver sous peu.

Quelle est l’intrigue de ce nouveau volet ?

L’équipe qui avait fait le succès de Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu est de retour dans sa suite, Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu. Toujours sous la direction de Phillippe de Chauveron, la famille Verneuil doit faire face à une nouvelle crise. En effet, Rachid, David, Chao et Charles veulent tenter leur chance à l’étranger avec femmes et enfants. Une décision qui n’est pas du goût de Claude et Marie Verneuil. Ces derniers vont tout mettre en oeuvre pour éviter un tel chamboulement. Côté casting, Christian Clavier et Chantal Lauby sont de nouveau dans la peau des parents Verneuil. Medi Sadoun, Ary Abittan, Frédéric Chau et Noom Diawara reprennent, quant à eux, leurs personnages de gendres déjantés.
Avec son équipe originale au grand complet, ce nouvel opus voit l’arrivée d’un renfort de poids en la personne de Claudia Tagbo. L’humoriste incarne Nicole, la sœur de Noom Diawara. Celle-ci s’apprête à épouser Viviane (interprétée par Tatiana Rojo). A cette occasion, les Koffi débarquent en France. Pascal N’Zonzi reprend son personnage d’implacable patriarche, accompagné de Salimata Kamata dans le rôle de son épouse. Les interactions entre ces différents protagonistes promettent des scènes hilarantes. Reste à savoir si Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu connaîtra un succès semblable à celui de son